10 août 2018

Le Conseil Mondial de l'Industrie Géospatiale (World Geospatial Industry Council - WGIC) a été lancé lors du dernier UNGGIM en août

Un communiqué du 7 août 2018 annonce la création du Conseil Mondial de l'Industrie Géospatiale le 1er août dernier, à l'occasion de la huitième session de l'UNGGIM à New York.

La huitième session de l'UN GGIM s'est tenue à NYC du 1er au 3 août 2018

Des leaders du monde entier, 21 sociétés pour le moment, forment le conseil : AAM Group, AGI India, Autodesk, Bentley Systems,Cyient, DataWorld, DigitalGlobe (a MaxarTechnologies company), e-GEOS, Esri, FARO, Geospatial Media, GeoTechVision, GroundTruth, Hexagon, IIC Technologies, Oracle, Riegl, Rolta Group, Trimble, TomTom, et Topcon. Le WGIC s'efforce de faciliter les échanges de connaissances au sein de l'industrie géospatiale et de co-créer des opportunités d'affaires.

L'adhésion est ouverte aux sociétés commerciales et aux organismes commerciaux représentatifs.

Télécharger le communiqué de presse "World Geospatial IndustryCouncil(WGIC) Launched at UNGGIM" ici : https://wgicouncil.org/press/2018/world-geospatial-industry-council-launched-at-UNGGIM.pdf

Pour plus d'information à propos du WGIC : https://wgicouncil.org 

Cartographie des membres du WGIC

6 août 2018

L'ère prometteuse des satellites d'observation de la Terre

Pour aider à surmonter un grand nombre d'enjeux mondiaux, l'industrie géospatiale s'appuie sur l'information satellitaire à un niveau sans précédent.

Dans cet article, le développeur de solutions géospatiales, l'italien Gianni Cristian Iannelli, dresse le contexte de l'industrie satellitaire et discute d'opportunités très intéressantes qui se dessinent en aval grâce à elle. 

The Bright Era of Earth Observation Satellites - 20/06/2018



IKONOS image acquisition over the city of Venice, Italy (Credits: GeoEye).
In helping overcome a wide range of global challenges, the geospatial industry is relying on satellite information to an unprecedented degree. In this article, Italian geospatial solutions developer Gianni Cristian Iannelli, provides a background to the satellite industry and discusses some of the exciting Downstream opportunities which are emerging through it.

Over the past 50 years, advances in satellite technology have contributed to the emergence of the Earth Observation (EO) revolution. The following is an attempt to identify the key milestone events, which have taken the geospatial industry to this data-rich point in time.

The first of these event occurred in July 1972, when a satellite called Landsat-1 was launched into space. This Earth-monitoring Landsat project signalled the beginning of an era in science which was focused on analysing from space the world and all its resources. The first Landsat satellite, which had a spatial resolution of around 70m, opened up a number of new opportunities for end users of the data. Landsat 1 and subsequent satellites enabled the scientific community to develop a range of applications in the fields of agriculture, environmental pollution, hydrology, and mineral resources, which are used to this day.

The next major milestone for the satellite industry occurred in 1986, with the development of the SPOT satellite by the Centre national d'études spatiales (CNES), the French Space Agency. The spatial resolution of this and the following six SPOT satellites range from 20-1.5m, and, today, these satellites enjoy “landmark” status in the EO field thanks to their provision of over 30 years worth of non-stop images of our planet.

The 1990’s was a significant time for satellite launches. This period featured a notable set of satellites such as the European ERS-1 (1991), the Japanese JERS-1 (1992), and the Canadian RADARSAT-1 (1995). Unlike the earlier Landsat and SPOT, these satellites carried a new sensor technology, known as Synthetic Aperture Radar (SAR), which was capable of acquiring radar images with spatial resolutions ranging between 10-100m. The SAR sensor was significant because it offered two notable advantages against optical data (i.e. day-and-night operation capability, and cloud penetration). It is also worth mentioning that RADARSAT-1 outlived its planned life with more than 17 years in operation.

Although RADARSAT was a commercial satellite project, the major milestone in terms of the privatisation of space occurred in 1992, with the incorporation of ‘WorldView Imaging Corporation’, later renamed ‘DigitalGlobe’. In 1999, the company launched IKONOS, the world's first sub-metre resolution imaging satellite. The IKONOS satellite, which was operational until 2015, was significant because it was able to collect panchromatic and multispectral images, at an impressive spatial resolution of 0.80m and 3.2m respectively.
The next major phase in the history of EO was rapid mapping at global-scale - something which was made possible through the MODIS satellite instrument (standing for Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer). The instrument was first launched onboard NASA’s ‘Terra’ (1999) and ‘Aqua’ (2002) satellites. Despite its coarse spatial resolution from 250m - 1km, the major advantage of MODIS was the possibility to map the entire globe every one to two days; a capability which made it very useful for change analysis applications requiring high revisit times.
The year 2007 marked a significant year for SAR imaging. RADARSAT-2, which was launched by the Canadian Space Agency, by then had an increased spatial resolution of 3m. In addition, the same year, two new sub-metre resolution SAR satellites were launched into orbit. The first of these satellites was TerraSAR-X, which was developed by a public-private partnership between the German Aerospace Center (DLR) and EADS Astrium. The second satellite, which was called ‘COSMO-SkyMed-1’ (CS-1), meanwhile, was developed by the Italian Space Agency. CS-1 and the three subsequent satellites in the constellation were significant for the EO industry because they had a significantly reduced short-revisit time (less than 12 hours).
Image of the stranded ‘Costa Concordia’ shipwreck in 2012 (Credits: Agenzia Spaziale Italiana).


In 2014, the European Space Agency (ESA) and EUMETSAT began launching its own constellation of satellites (called Sentinels) under the Copernicus Programme. The free and accessible remote sensed data shared through the Copernicus services addresses six main thematic areas, including atmosphere, land, marine, climate, security, and emergency. The programme is of significance to the EO industry because it removes the (typically) high data procurement costs from the data acquisition process, and thereby encourages wider commercial use and EO - focused innovation.

Until recently, the development of EO satellites has been restricted to a few national space agencies and sovereign states. The reasons for this were mainly due to the high complexity and costs of development, deployment, and maintenance of spaceborne EO systems. The last five years, however, has, thanks to reduced barriers to entry, witnessed a number of private actors, investors and venture-capitalists enter the EO-market. This is noticeable - in particular due to the trends in the deployment of small-sized satellites such as ‘CubeSats’.

‘Skybox Imaging’ was one of these private companies, which in 2012 raised around US$91 million of private capital for the purpose of developing and launching a constellation of EO satellites. The significantly reduced size (100kg) and production cost (10 times lower than a common EO-satellite) of these satellites opened up big opportunities for the industry. The first two satellites, named SkySat-1 and SkySat-2, which were launched in 2013 and 2014 respectively, were important because of their capability to record video footage from space (90 second videos at 1m spatial resolution). Soon after launch, Skybox Imaging was purchased for US$500m by Google, which renamed the company as ‘Terra Bella’ in 2016.

The SkySat satellites were, however, just the beginning. The recent ‘Dove’ satellites, for example, which are developed by a US company called Planet Labs, are a mere 10x10x30cm in size and 4kg in weight. If this was not impressive enough, these satellites have a spatial resolution range of between 3-5m. Planet Labs currently have around 200 satellites in orbit, including 88 cubesats which were launched in one go, and the company has so far managed to acquire EO satellite companies Blackbridge in 2015, and Terra Bella from Google in 2017.

In terms of recent milestones in the EO industry, perhaps the most notable one is the recent acquisition of DigitalGlobe by MDA (MacDonald, Dettwiler and Associates). The US$2.4 billion deal, which represents the biggest acquisition in the Earth imaging market, indicates that the private sector will be a dominant force in the future EO industry. After all, DigitalGlobe recently launched WorldView-4, achieving a pixel size of 0.30m, and has planned two new intraday revisit satellite constellations called ‘Scout’ and ‘World View Legion’.

Aside from the abovementioned companies, the private industry is thriving, particularly in the area of optical and SAR satellites. Some major players include Iceye, Capella Space, Satellogic, Astro Digital, BlackSky, Urthecast, NorthStar, Hera Systems, Axelspace, and Spire. Satellites are becoming as accessible as drones, and it is now even possible to design and buy your satellite components online.

As more and more public and private sector players enter the increasingly crowded EO market, opportunities in the EO industry are shifting to the downstream market. While satellite companies are now using selling points such as spatial resolution, revisit time, spatial extent, sensor, and number of bands in order to differentiate themselves, the real opportunity for the geospatial industry lies in the commercialisation of the data collected by satellites. This is demonstrated by the likes of companies such as Orbital Insight and Descartes Labs, which have enabled the development of powerful tailored products and solutions for clients. My view: in the future, it is the companies which harness the significant processing power of cloud-based computing and machine learning technology which will profit the most.

Welcome to the bright era of Earth Observation satellites!

This article was published in GIS Professional June 2018
Last updated: 06/08/2018
article online: https://www.gis-professional.com/content/article/the-bright-era-of-earth-observation-satellites

3 juillet 2018

Vainqueur du M.Appathon au symposium GEOINT avec son application pour visualiser les tendances des conflits en Somalie


Cette année, Hexagon Geospatial a collaboré avec la United States Geospatial Intelligence Foundation (USGIF) pour offrir des formations aux partenaires académiques de l'USGIF qui participaient au Symposium GEOINT 2018. Hexagon Geospatial a animé un M.Appathon, invitant les étudiants de premier cycle de l'université à utiliser la plateforme Hexagon Smart M.App pour créer un analyseur d'incidents qui affiche la position, la fréquence et les caractéristiques temporelles d'occurrences spécifiques. L'un des étudiants gagnants, Kevin Mercy, de l'USC Provost premier cycle associé de recherche, partage un aperçu de la Smart M.App qu'il a créée avec ses propres données, son expérience avec la plateforme Smart M.App, et le M.Appathon au symposium GEOINT 2018.

cartographie dynamique des tendances des conflits militarisés en Somalie 1997-2016
Tendances des conflits militarisés en Somalie 1997-2016


Parlez-nous un peu de vous et de votre Analyzer View développé au M.Appathon du symposium GEOINT :

Q : d'où êtes-vous ?
R : j'ai grandi à Lakewood, Colorado, une petite communauté à une quinzaine de kilomètres à l'extérieur de Denver.


Q : où avez-vous fréquenté l'école et qu'avez-vous étudié ? Pourquoi avez-vous choisi ce sujet ?

R : j'ai fréquenté l'Université de Californie du Sud à Los Angeles. Je suis actuellement dans un programme progressif pour obtenir un baccalauréat ès arts (BA) en archéologie avec des options dans l'intelligence géospatiale et la programmation informatique, et une maîtrise en science de l'information géographique. Je suis un junior il me reste deux ans pour terminer les deux diplômes. Je suis devenu fasciné par les sciences spatiales et l'archéologie à travers mon travail avec la télédétection et l'archéologie au cours de mes deux premières années à l'USC. J'ai travaillé intensivement sur un projet qui utilisait des données de détection et de télémétrie à distance (LIDAR) pour la détection numérique de ruines non documentées auparavant au Guatemala. Après avoir travaillé pour le projet LIDAR, j'ai eu envie d'élargir mes compétences en SIG et j'ai décidé de poursuivre un Master en SIG.


Q : où travaillez-vous actuellement ? Quel est votre poste actuel ? Quelles sont vos responsabilités ?

R : je suis actuellement stagiaire au laboratoire Lincoln du MIT. Je travaille dans leur groupe de systèmes optiques actifs sur divers projets en base de données LIDAR et en apprentissage automatique.


Q : qu'aimez-vous faire pendant votre temps libre ?

R : ayant grandi dans le Colorado j'ai toujours aimé faire de la randonnée dans les montagnes pendant l'été et skier pendant l'hiver. J'ai remplacé le ski avec le surf quand j'ai vécu en Californie, et j'ai passé beaucoup de temps à surfer le matin à la plage. J'aime passer du temps dans la nature.


Q : d'où vient votre intérêt pour les services géospatiaux/cartographiques/d'information ?

R : j'ai d'abord été exposé aux sciences spatiales pour un projet sur lequel j'ai travaillé l'été de ma première année à l'USC. J'ai passé l'été sur l'île de Catalina pour réaliser une vaste enquête hydrologique et cartographier les paramètres du terrain pour créer un modèle préliminaire de l'état des eaux de l'île. Après avoir travaillé avec le logiciel ESRI pour le projet hydrologie, j'ai noté la vaste étendue de projets qui pourraient utiliser la pensée spatiale et l'analyse.


Q : que pensez-vous du GEOINT ?
R : le symposium GEOINT a été un événement incroyable de développement de carrière et de réseautage. Je n'étais pas au courant de l'importance de l'industrie et des organismes gouvernementaux qui sont impliqués dans la communauté du renseignement géospatial. C'était très inspirant de voir la diversité des applications des technologies géospatiales.


Q : que pensez-vous du M.Appathon étudiant ?

R : le M.Appathon étudiant a été un concours intéressant qui a donné aux lauréats du prix GEOINT l'occasion de tester nos compétences et nos capacités géospatiales avec des logiciels et des technologies que la plupart d'entre nous ne connaissaient pas. C'était une occasion unique d'acquérir une connaissance plus approfondie des logiciels géospatiaux commerciaux.


Parlez-nous de votre idée de Smart M.App :

Q : à quel problème s'adresse votre Smart M.App ?
R : la Smart M.App que j'ai créée utilise des données de l'Africa Conflict Location et de l'Events DataSet (https://www.acleddata.com/), elle est axée spécifiquement sur l'analyse des conflits militaires en Somalie. Les données mettent en relief les points chauds de l'activité militaire en Somalie.


Q : comment s'appelle votre Smart M.App ?

R : tendances des conflits militarisés en Somalie 1997-2016


Q : que fait-elle ?

R : la carte des conflits comporte divers indicateurs de performance clés qui montrent la répartition temporelle des conflits dans la région, les types de conflits de militarisation et les acteurs impliqués dans chaque conflit. L'analyse des principaux indicateurs de performance et des points névralgiques du conflit pourrait être utilisée pour comprendre quelles régions géographiques ont été les plus sujettes aux conflits et quels acteurs ont été impliqués dans ces conflits. La carte offre une compréhension nuancée des tendances des conflits dans la région.


Q : de quelle autre façon pourriez-vous utiliser la plate-forme Hexagon Smart M.App et les applications Analyzer à l'avenir avec d'autres données ?

R : les applications Analyzer pourraient être utilisées dans un large éventail de disciplines ou de projets. L'analyse des hotspots, qui est possible dans la plate-forme Smart M.App, permet aux utilisateurs d'observer les tendances géographiques dans les données d'entrée. Cela pourrait être particulièrement utile pour analyser des données sur les accidents de véhicules, des données criminelles ou des données épidémiologiques. L'échelle et le niveau d'analyse possibles dans ces sujets dépendrait en fin de compte de l'accessibilité aux données de haute qualité. La Smart M.App fournit une interface conviviale qui peut être utilisée pour enquêter sur les données géographiques de n'importe quel type.


3 mai 2018

#géoréférencement des réseaux

PRESTATAIRE EN GÉORÉFÉRENCEMENT ET EN DÉTECTION DE RÉSEAUX,
AUJOURD'HUI VOUS ETES CONCERNÉ
 par la certification pour les relevés géoréférencés des réseaux et ouvrages
          en précision centimétrique ?

 par la réalisation des opérations de géoréférencement des réseaux neufs ou existants 
          en classe A ?
 par la méthode de relevé par GPS (GNSS) ou par photogrammétrie ?
leica-zeno-20-reseaux-geolocalisation-gps
GEOSYSTEMS FRANCE VOUS ACCOMPAGNE
et vous guide pour la réalisation de vos chantiers. Nous proposons les dernières technologies sur le marché en matière de relevé/géoréférencement par GPS (GNSS) ou par photogrammétrie (terrestre ou aérienne par drone). Il s'agit d'outils ergonomiques et faciles à prendre en main par vos équipes (chefs de chantiers, conducteurs de travaux …) avec des formations adaptées pour chaque profil.

Je souhaite en savoir plus sur cette offre
VIDEO: SmartAntenne Leica Zeno, la confiance de la précision


Découvrez l'ensemble de notre offre de GPS/GNSS pour SIG 👉 www.gps-sig.fr




3 avril 2018

Pourquoi une ville n'est-elle pas encore assez intelligente ?

Le concept de ville intelligente semble futuriste


Les villes intelligentes fusionnent les données des capteurs géographiques avec des informations non spatiales, telles que des données financières ou statistiques, transformant les opérations quotidiennes en une richesse d'idées précieuses pour que les dirigeants puissent comprendre comment la ville évolue et quels changements doivent ainsi se produire.

Mais, la réalité est que les villes intelligentes ne sont pas seulement à envisager au futur. Le besoin de compréhension est pertinent dans les zones urbaines du monde entier en ce moment même. Alors, qu'est-ce qui entrave certaines des zones les plus concentrées du monde à devenir des villes intelligentes?

Trois raisons pour lesquelles une ville n'est pas une ville intelligente

  • Les villes évoluent plus rapidement que les solutions peuvent être mises en œuvre.
  • Les administrations municipales manquent de données fiables et standardisées.
  • Les données restent dans un département.
#Smart M.App | Les technologies et les services géospatiaux sont le socle de toute ville qui se veut intelligente

Au fur et à mesure que les populations urbaines augmentent, augmente aussi la nécessité de fournir des ressources fiables aux résidents. Des correctifs opportuns aux pannes d'électricité jusqu'à la mise à jour des infrastructures vieillissantes et des mesures de sécurité publique accrues, les solutions utilisant les données les plus récentes doivent faire partie des impondérables de la ville.

Des données récentes, fiables et normalisées peuvent être comparées aux données historiques pour établir des tendances et fournir aux gouvernements les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions rapides et sûres. L'information sans points de référence valides perd sa valeur, non seulement pour les administrations municipales, mais en fin de compte pour les résidents dépendants de ressources fiables pour leur bien-être.

Un leadership compartimenté et déconnecté signifie que l'information universellement applicable n'atteint pas son potentiel. Lorsque les données de la ville collectées par un ministère largement utilisé et influent ne sont pas simplement et facilement partagées avec d'autres ministères qui pourraient les utiliser, on passe à côté des idées précieuses. La probabilité d'efforts redondants augmente aussi, menant à une perte de temps et de ressources.

Sur une plus grande échelle, les villes doivent également partager leurs résultats les unes avec les autres. Les données publiques mènent vers des solutions innovantes pour une ville qui pourraient être appliquées globalement et il devrait y avoir une méthode simple pour les visionner et les partager. Un manque de communication entre les administrations municipales risque de retenir des informations précieuses qui pourraient être la pièce manquante du puzzle d'une autre ville pour être connectée.

Comment les représentants municipaux peuvent-ils surmonter ces obstacles ?

Les services et les technologies géospatiales sont la base de toute ville intelligente. La combinaison de données géospatiales multisources et données non spatiales pour une vue holistique des opérations urbaines conduit à des réponses qui sont plus rapidement applicables. L'utilisation de services géospatiaux pour organiser ces données d'une manière facile à assimiler, à comparer et à partager est inestimable.
 
L'emploi de ces services est une nécessité non seulement pour les villes qui les utilisent, mais aussi pour les dirigeants d'autres villes qui verront le succès de ces villes intelligentes et qui aspireront à atteindre le même statut, conduisant finalement à un monde encore plus intelligent avec des citoyens plus satisfaits.


Source : https://blog.hexagongeospatial.com/why-a-city-isnt-a-smart-city/ 

6 mars 2018

Le Power Portfolio 2018 d'Hexagon Geospatial est disponible !


Observez vos données géospatiales sous différentes perspectives,
analysez la situation et prenez des décisions éclairées !


ERDAS IMAGINE

  • Avec les opérateurs du machine learning et d'IMAGINE Objective, vous créez votre propre flux de travail pour l'extraction d'objets, détectés automatiquement depuis les données d'images satellites et aériennes.
  • De véritables traitements 64bit et ainsi une utilisation pleine capacité du matériel le plus moderne.
  • Analyse des séries chronologiques avec des modèles propres.
  • Accès direct aux vecteurs stockés dans Oracle, SQL Server et PostGIS.
  • Les nouveaux opérateurs vectoriels du Spatial Modeler créent et éditent des géométries et déterminent les propriétés des géométries les plus importantes.


GeoMedia
  • Nouveaux opérateurs de Spatial Modeler. 
  • Connexions améliorées aux serveurs de données et aux bases de données.

ERDAS APOLLO
  • D'autres interfaces de programmation améliorées (reposant sur des API) vous permettent d'intégrer rapidement et facilement les services Web d'ERDAS Apollo dans votre projet.
  • Exploration optimisée
  • Support des données radar, LIDAR, de terrain et de photogrammétrie.
  • Système de notification pour les requêtes AOI.
Plus d'information sur le Power Portfolio 2018 :


What's New (en anglais)

Installation et mise à jour

  • Pour utiliser la nouvelle version v16.5 (Power Portfolio 2018), vous aurez besoin d'une nouvelle licence.
  • À partir de cette version, un mécanisme simplifié de délivrance de licences a été mis en oeuvre. La licence sera automatiquement transférée à votre ordinateur à l'aide d'un ID d'activation (une clé d'activation), ainsi la transmission de l'ID matériel (CompositeID) à GEOSYSTEMS France n'est plus utile.

Pour obtenir cette nouvelle procédure d'installation, contactez votre distributeur :